La mode éthique

Seidman (2007: pp 58) note que «la durabilité ne se limite pas à notre relation avec l’environnement, il s’agit de notre relation avec nous-mêmes, notre communautés et nos institutions ».

Depuis quelques années, les gens prennent la peine de faire attention à ce qu’ils achètent, d’où proviennent les aliments etc… Aujourd’hui il y a de plus en plus de personnes qui achètent des aliments biologiques mais également des cosmétiques bio. Progressivement, la mode éthique/ durable devient aussi une partie intégrante dans la notion d’achat des consommateurs.

En 2015, grâce à la publicité, aux articles et aux actions faites, le développement durable, les marques éthique et écoresponsables sont de plus en plus présentes sur le marché car les designers se sentent responsables et leurs actions d’aujourd’hui auront un impact réel sur la planète. On peut également constater petit à petit que les consommateurs réfléchissent différemment et essaient de faire des changements dans leur vie quotidienne pour préserver la planète. Ils s’informent de plus en plus sur les processus de fabrication, sur le commerce équitable et l’éthique. Par exemple, la population d’Amsterdam essaie de faire des changements, de limiter la pollution et le bruit des voitures. Un autre exemple de la façon dont les gens se sont impliqués, c’est l’incident qui s’est produit en 2013 en Espagne lorsque certaines personnes ont condamné la marque Zara qui ne prenait pas en compte la mode éthique.

Malheureusement il y a encore trop peu de gens qui s’impliquent réellement. La mode éthique et durable et les produits fabriqués à partir de matériaux recyclés sont souvent perçus comme des vêtements peu élégants et démodés.

En tant que jeune styliste, j’ai envie de faire prendre conscience aux nouveaux stylistes ainsi qu’aux consommateurs la nécessité de changer l’industrie de la mode et de favoriser la mode responsable afin de respecter l’environnement, les bonnes normes de travail, les salaires équitables et la slow fashion. Car c’est en changeant nous, les stylistes, que nous changerons la vision et le processus d’achat des consommateurs mais également de tout le processus de fabrication des vêtements et des tissus.

Greenpeace, qui croit fermement en l’éthique mais aussi aux produits durables, a produit une vidéo condamnant les marques qui utilisent des produits chimiques. Dans la vidéo, « ils disent que vous pouvez voir la tendance de la saison prochaine en regardant la couleur des rivières au Mexique et en Chine. Et c’est parce que des marques comme Calvin Klein et GAP utilisent des produits chimiques et des colorants dangereux pour fabriquer les vêtements. » Ces produits chimiques empoisonnent nos rivières et des traces de ces produits dangereux finissent également par rester dans les vêtements que les gens achètent. ”

La mode, et plus particulièrement la fast fashion est en forte augmentation et ne respecte pas l’environnement, le commerce équitable et la durabilité. Les marques de fast fashion maintiennent l’intérêt du consommateur en produisant beaucoup de vêtements et en apportant un nouveau design chaque semaine, sans se soucier du développement durable, du commerce équitable et évidemment de la qualité du produit.

En 2019 la durabilité, l’éthique et le commerce équitable deviennent vraiment une nécessité pour tous. Les consommateurs, les marque de vêtement mais aussi les fabricants. Cela devient une responsabilité plus qu’un choix et je crois fermement que tout designer peut avoir le parfait équilibre entre beauté, qualité et durabilité. C’est également une question importante que chaque styliste devrait se poser car c’est en se positionnant qu’on arrivera peut peu à peu changer le monde de la mode. Une mode qui respecte l’environnement et les personnes qui travaillent au sein du secteur de la mode.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.

Leave a comment

*

code